« Vissi d’Arte » sur Maria Callas

« Vissi d’Arte »

Je vécus d’Art, je vécus pour Maria.

 

de Roberto d’Alessandro. Traduction de Emmanuelle Bousquet. Mise en scène par Ilza Prestinari.



La vie de Maria Callas racontée par sa gouvernante Bruna ( Elena Bermani ).

 

Une très vieille dame nous ouvre la porte et nous précise que  » Madame va arriver  » 

Madame, c’est la Callas, la prima donna assoluta; la très vieille dame, c’est Bruna, la gouvernante qui a passé presque toute sa vie à son service. Mais ce service exclusif, Bruna l’a occupé comme on entre en religion. Même les amoureux de Bruna n’ont pas fait le poids face à la fidélité de la gouvernante pour sa maîtresse, à l’écrasante personnalité.

 

Maria qui a dédié sa vie au Bel Cantoelle aussi pratiquante d’une religion dévorante : la musique et la passation des sentiments sur scène..

Maria qui a aimé passionnément Aristote Onassis, cet armateur flamboyant et tyrannique, pour son plus grand bonheur et pour son immense malheur. 

 

 
 
Dans la mise en scène fluide et discrète d’Ilza Prestinari, la jolie comédienne compose et interprète Bruna avec une science époustouflante. Tout, dans les déplacements, dans la démarche, dans les gestes, dans le corps, dans le visage, dans le phrasé, trahit une très vieille dame qui a beaucoup aimé et beaucoup souffert, cadenassée à jamais ? dans son monde hors du temps, dans l’univers de sa vie avec Maria Callas, sur le territoire de la musique sublime, sur la planète de l’Art. 
Vincent Cambier ( Les Trois Coups ).
 

Comments are closed.